Vous êtes ici:

Publications > Arthoplastie > Resurfaçage de hanche : état actuel des connaissances

Resurfaçage de hanche : état actuel des connaissances

Résumé Les qualités tribologiques du couple de frottement métal—métal ont permis la réintroduction du resurfac¸age de hanche de deuxième génération. Les avantages de ce type d’arthroplastie par rapport à une prothèse de hanche « conventionnelle » sont nombreux : préservation du capital osseux fémoral (et acétabulaire), conservation de la biomécanique de l’articulation coxofémorale (offset fémoral, longueur des membres inférieurs. . .), facilité d’une reprise d’activité physique et sportive élevée, facilité de révision, diminution du risque de luxation, réduction du risque d’extension diaphysaire en cas d’ostéolyse. . . Le resurfac¸age de hanche apparaît donc véritablement comme une « chirurgie osseuse mini-invasive ». Il existe cependant des complications spécifiques au resurfac¸age telles que les fractures du col fémoral, l’effondrement de la tête fémorale. . . L’implantation d’un resurfac¸age peut s’effectuer par tous les abords classiques de la hanche mais demande une technique chirurgicale précise et difficile. En effet, l’implantation et le positionnement de la pièce fémorale constituent un élément capital de cette arthroplastie. Ainsi, afin de réduire le risque d’effet came, de préserver le capital osseux fémoral et de conserver un transfert de charge harmonieux, il apparaît indispensable de respecter certaines règles biomécaniques d’implantation. Le resurfac¸age de hanche s’adresse à des sujets jeunes et/ou actifs pour qui la restauration de la biomécanique de la hanche constitue un réel avantage par rapport aux prothèses de hanche conventionnelles. Les résultats à moyen terme sont encourageants tant sur le plan clinique que radiologique. © 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

icone_pdf.jpg Visionner le document